Faut-il désobéir pour innover ?

Dans son livre « L’innovation ordinaire », le sociologue Norbert Alter aborde l’innovation à la manière de Schumpeter avec son idée de « destruction créatrice » ; il écrivait ainsi :

Ce qui caractérise l’activité professionnelle est dorénavant bien plus la capacité à trouver des solutions novatrices à une multitude de problèmes qu’à appliquer des règles, textes ou modes opératoires, qui ne pas traitent pas ces problèmes. (….) Si les règles sont inefficaces, elles sont légitimement transgressées par des pratiques innovantes ; mais ce sont ces mêmes règles qui sanctionnent l’activité des innovateurs. Innover représente ainsi toujours une prise de risque, une forme de déviance au quotidien.

Est-ce à dire que pour innover il faut désobéir ou dit, d’une autre manière, que le contrôle tue l’innovation ?

Source : http://www.managementagora.com

Avec mots-clefs , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *