L’entreprise moderne ou le management par excel ?

Florence Noiville dans « J’ai fait HEC et je m’en excuse » dresse un tableau assez noir de l’enseignement supérieur.

Une citation d’un enseignant m’a frappé. Selon lui, le modèle dominant forme des crétins : « Des types pour lesquels l’entreprise est un tableau excel, la langue le Globish et le projet, l’enrichissement personnel »

Le problème, c’est de former les managers qui encadrent ces profils. Des suggestions ?

PS. Le Globish est une abbréviation de Global English version appauvrie, appelé chez nous Anglais d’aéroport

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à L’entreprise moderne ou le management par excel ?

  1. NERRIERE a écrit:

    Il me faut tenter de vous détromper. Le « globish » est un anglais allégé, mais toujours parfaitement correct, démontré suffisant pour traiter des affaires et voyager partout.

    Ce n’est pas un anglais pauvre pour autant. Il met à disposition quelques 5000 mots, alors qu’un Anglophone de bon niveau n’en utilise en général que 3500.

    C’est une marque déposée, correspondant à un contenu très précis. Ce n’est pas l’ « anglais d’aéroport », dont la seule ambition est de vous faire comprendre la porte d’embarquement, les éventuels retards et les alertes à la bombe.

    Comme c’est une langue tactiquement limitée, l’apprentissage en est rapide, six mois avec une heure par jour, si vous pouvez les consentir (ce qui est beaucoup!).L’apprentissage s’appuie sur des méthodes entièrement innovantes.

    Plus si voulez sur http://www.jpn-globish.com. Best of luck!

    Cela dit, je partage par ailleurs la préoccupation évoquée dans votre article, et dans l’ouvrage que vous citez. Les collaborateurs, les attentes, les qualifications ont changé terriblement au cours des trente dernières années. Le management a du mal à suivre, pour la raison que la formation n’arrivera jamais à suivre l’évolution, et à mettre à jour des managers qui, forcément, sont en général moins jeunes et moins actuels que ceux qu’ils encadrent. Tout va un peu trop vite. Qu’y faire?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *