Suicides au travail : il faut repenser le travail et l’évaluation

Le livre de Christophe Dejours « Suicide et travail : que faire ? » (PUF,2009) me fait réfléchir.

Ecoutons le :

Ce qui est surprenant c’est que nous avons des personnes qui vont très bien et qui se suicident. On ne peut les expliquer avec les références habituelles de la psychiatrie. Il y a une bascule dans l’ordre social, dans le fonctionnement de la société, c’est aussi le signe d’une rupture dans la culture et la civilisation : les gens se tuent pour le travail. (…)

Les gestionnaires qui ne regardent que le résultat ne veulent pas savoir comment vous les obtenez : c’est un contrat d’objectif, disent-ils. C’est comme ça que les salariés deviennent fous, parce qu’ils n’y arrivent pas. Les objectifs qu’on leur assigne sont incompatibles avec le temps dont ils disposent. (…)

Il faut rompre avec les modèles d’évaluation dont je vous ai parlé et repenser le travail à partir du travail collectif : c’est la question de la coopération et des instruments d’analyse du travail collectif. Puis, il ne faut plus mesurer le travail mais entrer dans la matérialité du travail.

Ca veut dire repenser le management par objectifs de fond en comble, ainsi que les méthodes d’évaluation qui sont souvent bien artificielles dans certains grands groupes…

Vos idées sont les bienvenues !

Source : http://www.lemonde.fr/

Avec mots-clefs , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à Suicides au travail : il faut repenser le travail et l’évaluation

  1. Cufi a écrit:

    Repenser le management ? et si tous ceux qui s’en réclament voulaient simplement se donner la peine de PENSER, tout simplement ? ne croyez vous pas plutôt que ce que nous rencontrons dans les organisations et que leurs promoteurs appellent le management par objectif n’en est qu’une CARICATURE ?
    L’idée de base du management par objectif est de déterminer des buts a atteindre, de jalonner un chemin pour y parvenir, de façon à disposer d’un « tableau de marche  » qui EVITE la surveillance en continu de chacun des pas faits sur le chemin; c’est une logique d’autonomie et de responsabilité ; le comptage quotidien des résultats, assorti de l’injonction de parvenir nécessairement à porter tel indicateur à un niveau arbitrairement défini (et non pas négocié), représente EXACTEMENT LE CONTRAIRE de cet esprit
    Si cela n’avait pas des conséquences aussi dramatiques, ce ne serait qu’une erreur commise par de sottes gens …

  2. TheoWalcot a écrit:

    L’idée de base du management par objectif est de déterminer des buts a atteindre, de jalonner un chemin pour y parvenir, de façon à disposer d’un « tableau de marche » qui EVITE la surveillance en continu de chacun des pas faits sur le chemin; c’est une logique d’autonomie et de responsabilité ; le comptage quotidien des résultats, assorti de l’injonction de parvenir nécessairement à porter tel indicateur à un niveau arbitrairement défini (et non pas négocié), représente EXACTEMENT LE CONTRAIRE de cet esprit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *